L’Opéra-Comique, allegro cantabile
4.6/10

L’Opéra-Comique, allegro cantabile

Hôtel à Marseille? trivago
Votre avis
  • 5/10
    Note 1 - 5/10
  • 4/10
    Note 2 - 4/10
  • 4.8/10
    note 3 - 4.8/10
4.6/10

L’extrait

Mariage d’amour entre l’art lyrique et l’art dramatique, l’opéra-comique fête cette année ses trois cents ans.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Mariage d’amour entre l’art lyrique et l’art dramatique, l’opéra-comique fête cette année ses trois cents ans. Un anniversaire qu’il faut fêter dignement en allant découvrir l’Opéra-Comique, ancienne salle Favart : un bijou de théâtre sur les Grands boulevard, temple de l’opéra à la française, un lieu plein de charme, hors du temps.

On peut passer à côté de l’Opéra-Comique. À deux pas des Grands Boulevards, ce temple d’art lyrique leur tourné réoslument le dos : caché sur lapetite place Boieldieu à l’écart de l’agitation, il revendique sa différence. Et pourtant, le bâtiment est exceptionnel, tout comme son histoire. Celui que nous avons sous les yeux est le troisième, les deux précédents ayant disparu dans des incendies: celui de 1887 fit 84 morts.

L’Opéra-Comique n’est pas imosant: pourtant il a l’air bien à létroit entre les rues qui l’encadrent. Bâti au chausse-pied sur une parcelle vendue parle duc de Choiseul, il tourne le dos au boulevard parce que le duc ne voulait pas se séparer de l’immeuble de rapport qui y donne accès. On est accueilli dans le grand vestibule par les stautes de Carmen et Manon, deux héroïnes de l’opéra-comique. Ce genre lyrique s’écrit avec des minuscules, contrairement au bâtiment. Il est né du combat de comédiens de rues pour s’imposer face à la Comédie Française et à l’Opéra, qui monopolisaient autrefois les scènes et le droit de jouer : Louis XIV les reconnut enfin en 1714.

Sans être aussi fastueux que celui de Garnier, le vestibule en impose avec ses marbres – on en dénombre une quarantaine de provenances différentes dans tout l’édifice – ses boiseries et ses motifs végétaux dorés qui évoquent l’opulence. Mais le plus joli décor nous attend au-dessu, dans le foyer, récemment restauré et son avant-foyer. Des marbres, des ors, des mosaïques vénitiennes d’une exquise finesse, des toiles marouflées, des lustres signés Christofle, des lambris et des moulages : tout n’est que luxe, charme et légèreté. Dans le foyer, des toiles monumentales signées Henri Gervex et Albert Laignan évoquent la naissance de l’opéra-comique et deux oeuvres, les Noces de Jeannette et Zampa, créées pour le lieu. Si vous cherchez bien, vous trouverez un détail anachronique dans le paysage : une petite tour Eiffel, clin d’oeil à l’Exposition universelle !

La salle, toute de velours rouge et de moulures dorées, en forme de lyre, a toutes les caractéristiques de la salle à la française, avec très peu de séparations entre les loges et une grande ouverture sur l’espace central. L’acoustique y est exceptionnelle et pendant le spectacle, vous avez vraiment l’impression d’être avec les artistes. Une proximité qui fait beaucoup pour la notoriété de l’Opéra-Comique auprès des mélomanes.

Adzuna
1